TZ Brodarica – KrapanjTZ Brodarica – Krapanj
Forgot password?

LA PLONGÉE SOUS MARINE

Début et évolution

A la fin du 19. Siècle est apparu le premier équipement lourd pour la plongée. Jusqu’a 1893 la pêche se faisait à la lance à des profondeurs d’environ 15 mètres. En 1893, la coopérative de Krapanj reçoit son premier appareil de plongée, et en 1896 un second. La même année est fondée la coopérative des éponges (Spužvarska zadruga). Il y a quelques conflits d’intérêts entre les pêcheurs à la lance et les plongeurs. Avant la seconde guerre mondiale, et ce jusqu’aux années 60, il y avait entre 15 et 20 équipes de plongée. Chaque équipe avait son bateau qui comptait 7 à 8 membres d’équipage, dont 2 ou 3 étaient des plongeurs.

La saison de pêche aux éponges commençait en mars et durait jusqu’à fin septembre. Les plongeurs descendaient en alternance à plus de 40 mètres et restaient une heure dans la mer. Ils ne descendaient jamais en duo, car il y avait un souci de pompage manuel, et concernant les profondeurs à plus de 40 mètres ils ne le faisaient qu’une fois par jour. Depuis, les kraplianois ont développés une pêche aux éponges et une plongée proche de la perfection, surtout en termes de plongée sous-marine.

Le courage et l’expérience

Difficile d’imaginer comment se sentaient les plongeurs kraplianois vêtus de leurs équipements, notamment les chaussures lourdes, lorsqu’ils descendaient vers les profondeurs marines. Leur monde se transformait alors en un silence marin, avec une pression dans les oreilles ; mais aussi en une conquête sous-marine et souvent, il étaient confrontes avec ce terrible face à face avec la mort.

L’expérience, la condition et Ie grand courage des plongeurs kraplianois les ont à chaque fois ramenés de retour dans les profondeurs secrètes sous-marines.

En descendant dans les profondeurs, à la recherche d’un bateau perdu, il découvre et entre dans l’épave du bateau, il s’attend à voir, dans l’eau, dans l’obscurité, un marin, ou bien un chapeau de marin, ou n’importe quoi d’autre qui en dira plus sur la tragédie… et il descend avec cette pensée même qu’il prend le même chemin que ce pauvre navire échoué…