TZ Brodarica – KrapanjTZ Brodarica – Krapanj
Forgot password?

Les eponges marines

L’histoire de l’éponge

A la fin du 17eme siècle, venu de Crète, le frère Antun a appris aux habitants de Krapanj à cueillir et nettoyer les éponges. Dans un premier temps ils les péché à l’aide d’une lance à partir du bateau, à plus de 16m de profondeur. Milieu du 19eme siècle, il y avait plus de 40bateaux spécialisés en pêche d’éponges marine, et en 1893 apparut le premier système de plongée- un scaphandre souple et un très lourd équipement de plongée.

L’association de pêche de Trieste, soutenue par les autorités de Trieste, a fait acquisition de cet équipement et l’a confié à l’entrepreneur Josip Jurić. Ceci à fait progresser la pêche des éponges en une économie très rentable. Les pêcheurs d’éponges de Krapanj étaient en 1911 au nombre de 16, avec 6 appareils et 30 bateaux, ce qui leur a permis de créer une association. Apres la 1er guerre mondiale, ils ont reçu des aides financières de l’administration maritime, et donc en 1930 des ateliers pour traiter les éponges ont été créer à Krapanj.

En 1947 est créé l’entreprise Spužvar, c’est dans ce cadre-là qu’a été créé la grande raffinerie d’éponges en 1953. En 1956, les pêcheurs de Krapanj, mais aussi de Zlarin, Žirje et Jezera sont partis avec 30 plongeurs et 14 bateaux pêcher les éponges le long des côtes égyptienne et lybienne.

Les pêcheurs kraplianois, reconnus comme excellents plongeurs, ont développé et effectués plusieurs travaux, notamment la remontée d’épaves, mais aussi des constructions et réparations sur des ports et sur des constructions maritimes.

Sur les éponges

Les éponges, le plus simple des organismes multicellulaire, qui pousse en colonie, des plus petites profondeurs jusqu’à plus de 100metres de profondeur. A part ces quelques sortes d’éponges, dites apprivoisés, qui a une valeur d’usage, dans la mer se trouvent beaucoup d’autres sortes d’éponges. Par contre, en eau douce, ne se trouve qu’une seule sorte.

Ces éponges apprivoisés sont plutôt sensible et demande des conditions de vie particulière; elle a besoin de chaleur, de calme et d’une mer propre. Les exemplaires de qualité se trouvent entre 15 et 45metres de profondeur. Les éponges sont des filtres d’eau de mer. Elles filtrent sans relâche, nettoie la mer de tous les organismes morts, et ceci leurs servent de nourriture. Elle se multiplie en se reproduisant, avec des ovules, des spermatozoïdes, après quoi se développent des larves qui pendant un temps vagabondent en mer jusqu’à trouver un sol solide.

Une fois nettoyée et les parties molles enlevées, il reste le squelette de couleur brune, qui est constitué de spongocoele fines et élastiques, la composition des fibres est en forme de bois de cerf. Les spongines contiennent jusqu’à 14% d’iode. Un gramme du squelette sec d’une éponge contient autant d’iode que 130 litres de mer.

La plongée sous-marine

Les pêcheurs d’éponges kraplianois ont survécu à différentes crises, compte tenu aux zones de chasse limitées, mais aussi à partir de la venue des bateaux à moteurs. Les meilleures éponges se pêchent normalement sur des sols durs pas très profonds. Mais la motorisation des bateaux et les nouvelles techniques de plongées ont épuisés les stocks, c’est pourquoi de nos jours il faut aller chercher les éponges dans de plus grandes profondeurs.

La plongée sous-marine avec l’équipement lourd était le plus sûr, et la team était composé de 2 plongeurs et de quelques assistants. Les plongeurs descendaient en s’alternant à cause de leur compresseur à basse pression (12 ATM, 300 litres) qu’ils avaient sur le bateau. Les plongeurs descendaient dans des profondeurs à plus de 40metres. Depuis, les kraplianois ont développé une pêche aux éponges et une maitrise de la plongée proche de la perfection.

Les pêcheurs kraplianois sont les rares à passer par un caisson hyperbare, ils passent chaque jour entre 3 et 8heures dans la mer où leur travail est physique. Ils effectuent également jusqu’à 5 plongées consécutives par jour dans de grandes profondeurs, sans risquer leurs vies.

L’expérience, la condition, et le grand courage des plongeurs kraplianois sont les raisons pour lesquelles ils ont été choisis pour être l’une des premières équipes dans le sauvetage et le remorquage de bateaux (Brodospas), qui durant la 2nd guerre mondiale ont fini au fond de la mer.

Federik Tanfara est un plongeur connu du siècle dernier, qui dans une combinaison classique est descendu à 104m en apnée, ce qui a été relaye dans la presse internationale. Vous pouvez voir au petit musée de l’hôtel l’ancienne tenue de plongée.

La pêche d’éponges marine

Les éponges se pêchent et se mettent dans un sac en filet, que le plongeur a sur lui, et ensuite ses sacs sont disposés sur le bateau, au soleil. A la fin de la journée, il faut marcher sur les éponges pour en faire sortir l’eau de mer, et ensuite les suspendre durant la nuit. Les éponges doivent se libérer de toutes les parties molles. Le matin les éponges sont entassées dans un sac en jute jusqu’au retour à la base.

La pêche aux éponges durent en général environ 6mois, d’Avril jusqu’en octobre. Les premières sorties en mer servent en général d’entrainement et pour tester le matériel. Une sortie en mer dure environ 20jours, les 10jours restants du mois servent à sécher et à classer les éponges, et permettent aux équipes de se reposer. La pêche aux éponges peut s’effectuer de manière sauvage ou alors dans des zones de culture.

Traitement des éponges

Le traitement des éponges est une tâche complexe qui commence par le nettoyage des éponges. Si cette phase-là n’est pas faite correctement, cela donnera des éponges de mauvaise qualité. A l’arrivée des équipes de plongeurs, il est nécessaire de faire une première sélection rapide. On les classe par taille, structure, selon la douceur, pour justement déterminer les traitements adéquats. Ensuite il faut les nettoyer de tous coquillages, escargots, leurs faire une „petite coupe“, et ensuite leurs faire quelques bains doux dans de grandes quantités d’eaux. Connaitre la formule, la procédure ne suffisent pas, il est nécessaire d’avoir une expérience et un certain feeling envers l’éponge. Apres le traitement, on les classe une nouvelle fois, elles sont séchées et on les prépare à la confection. Le marché cherche de belles éponges finies, de couleur jaune doux, sans résidus ni poussière et sans aucune conséquence liés au traitement effectue. Selon l’usage réservé, il est possible d’effectuer qu’une partie du traitement.